ARTISTIC LAB

The Refugee Project

Ai Weiwei

Le Forum Vies Mobiles a passé commande à Ai Weiwei pour enregistrer et rendre compte de la crise des réfugiés en prêtant une attention particulière à la façon dont ils font usage de leur smartphone. Dans ce projet en cours, de nouvelles notes graphiques (photos, vidéos), visites guidées et analyses seront distillées lors des mois à venir… Retrouvez le projet de recherche du Forum Vies Mobiles dont ce travail découle : The Refugee project.

PRÉSENTATION DE L’EXPOSITION

Guillaume Logé (Chercheur en histoire et théorie des arts)
Mimi Sheller (Sociologue)

Depuis décembre 2015, je me suis lancé dans un projet visant à témoigner de la crise des réfugiés en Europe et au Moyen-Orient. En identifiant l’origine des réfugiés et en suivant leurs pérégrinations, je cherche à enregistrer et à analyser leur condition d’existence et les conséquences que cela entraîne pour nous. (...)

Lire la suite

Un selfie avec le photographe nous le rappelle : peut-être prennent-ils simplement des photos pour les envoyer à des amis, afin de normaliser l’expérience de l’abandon d’un monde pour un autre. Y a-t-il sur les ferries méditerranéens une forme nouvelle et déroutante de « tourisme noir » avec un « regard mobile », selon les termes d’Urry et Larsen (2011), dans les écrans des téléphones ? Nous, public qui regardons ces photos, pouvons éprouver le sentiment de nous livrer à une sorte de tourisme dans le bateau de réfugiés, un tourisme noir du désastre dans un lieu utilisé d’habitude pour les loisirs et le plaisir. L’association du bateau et de l’appareil photo du téléphone produit un regard mobile, bien plus libre de se mouvoir que les personnes qu’il observe.

Mimi Sheller



L’écran du téléphone comme miroir peut se voir relié à une tradition qui va du Portrait des époux Arnolfini (1434) de Jan van Eyck, aux Ménines (1656) de Diego Velásquez, en passant par L’Autoportrait dans un miroir convexe (1524) du Parmesan, tout en croisant ici la longue histoire de l’autoportrait, De Rembrandt au selfie, comme le reprend le titre de l’exposition récente présentée au musée des Beaux-Arts de Lyon (2016), ou Selt timer (2015), au Museum der Moderne de Salzbourg, en Autriche. Si l’artiste utilise sa propre image, c’est pour dérégler les paramètres d’une réalité en train de se produire et forcer à s’interroger plus profondément sur ce qu’elle est. Il se tient à la fois sur le pont du bateau et en face du miroir, à cette place même où le regardeur se situe. Dans la mini-vidéo, le fond d’écran joue lui aussi comme le miroir de cette ubiquité que les médias créent, celle d’images globales qui façonnent les identités, les aspirations et les représentations – ubiquité mentale et culturelle que l’écran nous donne à contempler.

Guillaume Logé


Sur les ferries, les voyageurs étirent leurs fils jusqu’aux prises de courant placées en hauteur au-dessus de leurs têtes – comme s’ils tentaient d’atteindre « l’espace hertzien » des antennes relais et des satellites. Sur une autre photographie, les hommes sont rassemblés autour des chargeurs, chaque prise est occupée par un téléphone. Les gens sont debout, juchés et assis sur un assemblage temporaire de chaises. Les téléphones doivent continuer de fonctionner, être chargés, en état de marche, pour sauver des vies humaines. Objets banals, quotidiens, les iPhones et les Samsungs prennent la dimension éloquente de lignes de sauvetages, de tickets, de moyens d’identification, de lieux de rendez-vous, d’objets fétiches, de cadeaux à échanger.

Mimi Sheller



Le concept d’espace lisse défini par les philosophes Gilles Deleuze et Félix Guattari renvoie à l’espace du nomadisme (Mille Plateaux, Capitalisme et Schizophrénie, 1980) par opposition à l’espace strié des régulations et des États. Le désert incarne l’espace lisse : là, chacun peut y tracer sa propre ligne, avec sa liberté et son individualité propres. Les moyens modernes de communication s’apparentent-ils à des dessins nomades tracés dans le désert de la réalité hertzienne globale, tandis que, sur la terre ferme, chacun doit constamment se plier aux frontières des espaces striés juridiques et géopolitiques ?

Guillaume Logé


Une femme est debout sous un panneau qui annonce « Point de rassemblement C », à gauche un panneau plus petit indique l’Agora – le lieu de rassemblement initial de la démocratie grecque – et l’ « Internet Corner » – nouveau lieu de rassemblement de la modernité mobile. Comment, où, quand nous rassemblons-nous à travers nos téléphones, et avec qui ? Quelles topographies de l’espace électronique les personnes déplacées traversent-elles ? Sont-elles en train de parler avec leur famille, restée sur place, pour leur faire savoir qu’elles sont saines et sauves, ou avec ceux qui sont déjà au point de destination espéré ? Sont-elles en train d’organiser un envoi d’argent aux passeurs, d’envoyer des textos, de lire les nouvelles ?

Mimi Sheller


Ils nous rappellent que nous devons maintenir « une mobilité connectée dans un monde déconnecté », tout en évoquant subtilement sa dépendance aux connexions aériennes (Sheller 2016). Ironie de l’histoire, ces communications fonctionnent grâce aux satellites d’origine militaire, ceux-là mêmes qui permettent la guerre, les ciblages GPS, les attaques de drones. Les systèmes humanitaires conçus pour protéger ceux qui fuient la guerre sont en échec. Pourtant, aujourd’hui, la violence humaine et la fuite des réfugiés sont relayées par les téléphones portables, les textos, les photographies et la connexion électronique.

Mimi Sheller


Une femme parle au téléphone. Elle est nimbée de l’or d’un coucher de soleil mais ses chevilles sont enfoncées dans les algues, devant un bateau dégonflé et des flotteurs ; un jeune homme, sur le même rivage, sourit à son téléphone rouge avec un soulagement visible. Ces personnes au téléphone figurent l’ordre dans un monde de désordre, la stabilisation au cœur d’arrangements flexibles, et surtout l’humanité au cœur de l’inhumanité.

Mimi Sheller

Ce site est optimisé pour une lecture sous Chrome, Internet explorer ou Safari. Si vous constatez des problèmes d'affichage nous vous invitons à utiliser un de ces navigateurs.

Message Important

Ce site est optimisé pour une lecture sur tablette / bureau, et n'est pas compatible avec les mobiles.